Evangelische Kirchengemeinde Torgau - 500 Jahre Reformation

 | Startseite | Gemeinde | Musik | Geschichte | Offene Kirche | Kontakt

L’ÉGLISE DU CHÂTEAU

L’électeur Johann Friedrich (*1503, 1532-1547,+ 1554) n’était pas seulement un prince  de la Renaissance, mais avant tout un ami fidèle de Martin Luther, très pieux et protecteur de la Réformation Dans  ce château il faisait bâtir une chapelle par l’architecte Nickel Grohmann. Elle n’est pas frappante au dehors, uniquement le portail désigne une église.

 

Il présente des scènes de la passion de Notre – Seigneur. Six anges avec les instruments de torture du Christ sont arrangés symétriquement dans l’intrados. La marque du sculpteur indique el maître Simon Schröter de Torgau. Deux anges cuirassés dans les socles. À droite on voit Judas avec le sac d’argent, à gauche Pierre avec l’épée et l’oreille du serviteur du grand – prêtre. La sépulture de Jésus – Christ est figurée sur le portail.

Cette église est le premier édifice d’une église protestante en Allemagne, bâtie suivant les instructions de Martin Luther. Il même l’a consacré le 5 octobre 1544. Le prêche (Saint Luc 14,1-4: „ La guérison du hydropique le sabbat“) est encore conservé . Le réformateur décrit l’essence et le caractère du culte protestant: „ Notre Seigneur même parle à nous par sa sainte parole et nous parlons de nouveau par prière et cantique.“ Le choeur chante un motet à sept voix concernant le psaume 119, composé par Johann Walter pour cette fête. À ceci l’électeur Johann Friedrich est qualifié de „Defensor veri dogmatis „ (défenseur de la foi véritable) et Luther et Melanchthon sont qualifiés de „Nostrae lumina terrae“ (lumières de notre monde). Dans un propos de table, Luther célèbre la nouvelle église avec ces mots: “En aucun lieu Salomon a construé un tel temple comme celui de Torgau.“

 

L’intérieur est pour l’essentiel comme réalisé à l’origine. L’espace est une salle grande avec deux galeries, recouverte d’une voûte à la manière de filet. Il n’y a pas une abside. En 1983/84 l’église a été restaurée.

 

La chaire, constitée en grès, se trouve au centre du mur vers l’Elbe. Son emplacement rend la position centrale du prêche dans le service divin protestant clair. Elle montre trois histoires saintes, très significatives pour le désir de la Réformation:

Au milieu: Jésus de douze ans dans le temple. Les docteurs de la loi débattent et recherchent. Jésus démontre l’Écriture saint, qui est la source unique et la seule règle pour l’église et les chrétiens. „Sola scriptura.“

À gauche: Jésus et la femme adultère. L’exemple le plus scandaleux de la tension entre la condamnation par le loi et la grâce par Jésus – Christ. Dieu veut la vie, mais ne pas la mort du pécheur. „Sola gratia.“

À droite: L’expulsion des changeurs et des marchands du temple. C’est la prétention à la Réformation, qui continue d’exister sans cesse. „Ecclesia semper reformanda.“ – „Sola fide.“

Et au – dessus de tout: Jésus – Christ seul. „Solus Christus.“

Suivant les instuctions de Martin Luther l’autel est une table simple. Quatre anges le portent. Une copie de 1956, nécessitée par dégâts de guerre. La paroisse s’assemble à la ronde et recoit la Sainte Cène.

 

L’orgue est bâti par le maître – facteur d’orgues Peter Vier de Friesenheim en Forêt – Noire. Il est consacrè le 2 octobre 1994. L’air, la conformation technique et le timbre de l’intrument correspondent au style de la renaissance.

 

Vis-à-vis de l’orgue, les armoiries de l’électeur Johann Georg I. (*1585, 1611-1656) et de son épouse sont placées.

 

Une grande table de bronce rappelle à la consécration. Elle est fondue par les frères Hilger à Freiberg en 1545.Une inscription latine vante l’électeur Johann Friedrich. En haut un médaillon avec son portrait, à gauche et à droite ses fils Johann Friedrich et Johann Wilhelm, en bas Martin Luther.

 

 

Les siècles après la Réformation sont très mouvementés pour cette église. Dés 1736 elle fait le service divin catholique sous le règne de l’électeur Friedrich August II. ( fils et successeur de „August der Starke“ ). De 1771 à 1812 elle du temple de la maison de force et de travail. De 1815 à 1912 elle est l’église de la garnison prussienne. De 1919 à 1926 elle est la salle des fêtes de l’école normale pour institutrices. Enfin depuis 1932, l’église du Château est de nouveau à la disposition de la paroisse protestante à Torgau.